». Au point que c’est difficile de reconnaître ta touche. B : Au départ, c’était une volonté de ma part d’impliquer mon petit frère dans mon projet. Cette directive doit être modifiée si le fardeau ultime incombe à l'accusé, par exemple en matière de troubles mentaux ou d'automatisme sans aliénation mentale. Facebook is showing information to help you better understand the purpose of a Page. P : Arabian Panther, c’est l’album où il n’y avait plus de limite à nos idées, car on avait le budget. J’ai trouvé que le son que tu développais pour Bouchées Doubles y était plus affirmé que sur Quand ruines & rimes s’rallient ou Matière grise. du Havre que du timbre âpre auquel il nous avait habitué sur les albums de Ness & Cité. P : Chez moi, mon père écoutait beaucoup de musique, il écoutait de tout. On avait même eu l’idée à l’époque de faire un album en commun Street Skillz / Din Records. Dès fois ils me disent : « refais un morceau ! Je n’avais pas vu le dessin animé, mais à cette époque je découvrais toutes les possibilités d’Internet avec un débit un peu meilleur. A : Avoir Richard « Segal » Huredia au mix, ça faisait partie de ce besoin de voir plus grand ? On a fait le tour de la boucle, on revient. A un moment, il s’est mis en retrait, il a eu sa retraite spirituelle, il se posait certaines questions, tout en travaillant avec nous. C’était tellement petit que la table de mixage était placé au-dessus mon lit. Par pudeur, je n’ai jamais réussi à faire ça, mais lui, par thérapie, il l’a fait. Médine – « Lecture aléatoire » - Table d’écoute, 2006. A la base d’ailleurs, il avait posé sur la prod d’Obie Trice. A : Avec qui tu aimerais bosser aujourd’hui ? Les autres, on faisait n’importe quoi, on était juste des rebelles. Par exemple, je ne savais pas ce qu’était un sampleur. Maintenant je reconnais sa voix dans pas mal de séries. P : Tu vois, cette prod ? Et toujours avec les mêmes personnes : Médine, Ibra, Samba, Salsa, et un autre frère à eux qui s’appellent Moodee. Si Booba me demande un jour une prod, je veux faire un son comme « Foetus ». Si Médine était un artiste avec des influences souvent renouvelées, ce serait différent. On ne voulait pas reprendre la face B, mais faire à notre manière, de façon assumée. C’était à quelque chose près l’album qu’on voulait réaliser depuis 11 Septembre. Quand on a terminé l’album, arrivé au mixage, je me suis dit : « je vais formater mon disque dur, réinstaller tous les plugs, comme ça je pourrai les réutiliser ». P : C’était comme avoir un panier sans fond ! In other words, the debtor is no longer legally required to pay any debts that are discharged. Jusqu’au jour où j’ai produit un son pour Salsa, ce qui m’a permis de découvrir son entourage, de rencontrer en studio les musiciens avec qui il travaillait, j’ai vu du matos de dingue, des multi-pistes à cassettes, j’étais impressionné ! Parce que pendant plusieurs années il avait carburé, il fallait qu’il se recharge. Quand je me retrouvais à en faire en dehors de ces ateliers, ça devenait presque de l’amusement, je passais plus de temps sur chaque grosse caisse ou caisse claire. On avait voulu faire un album où on se lâchait un peu plus. Je ne comprenais pas pourquoi. ». Mais je kifferais travailler avec d’autres artistes, ça permet aussi de respirer, de faire des choses différentes. Et d’un autre côté, avec la musique que mon frère écoutait, un peu éclectique. Si bien qu’aujourd’hui, je me refuse à leur faire écouter certaines prods pour éviter qu’ils tombent dans la facilité et rappent sur les mêmes sons [sourire]. Quand on a terminé Arabian Panther, on a fait beaucoup de concerts, et suite à ça on l’a moins entendu. Il fallait que je lui prouve qu’il avait tort. Ce son très influencé Queensbridge. Je pense que la couleur Proof, elle est liée à l’histoire de Médine aussi. A : Quand tu commences à t’intéresser à la musique, il y avait une scène hip-hop au Havre ? C’était aussi un des plus jeunes : sur le premier Ness & Cité, Par tous les moyens [premier EP du groupe sorti en 1998, ndlr], il avait 13 ans. Il était peut-être fatigué, la vie parisienne lui a fait tourner la tête [sourire]. A : Tu disais plus tôt que vous aviez des connexions sur Marseille depuis un moment, mais tu n’as finalement produit pour des artistes marseillais que plus tard. On allait si souvent à Marseille que certains ont cru à un moment que Bouchées Doubles étaient marseillais ! Comment tu l’as perçu ? « Le meilleur de nous-même », c’était pour moi le morceau qui nous rassemblait tous, ça ressemblait à tout le monde, Médine, Koto… C’était ce que je voulais donner. Interviewer Proof, c’est revenir sur la construction musicale de Din Records. Dino records, Collectif, White Star Kids. « Kounta Kinté » par exemple : je ne sais pas ce qui s’est passé ce jour-là, point d’interrogation. Mais ça posait un autre problème : il fallait que je fasse la prod qui corresponde à ce thème-là. Fabien a 4 postes sur son profil. ». Une fois rentré à Marseille, il m’a appelé : « envoie moi les pistes séparées ! Parce que Salsa me faisait totalement confiance sur la musique. Cette prod avait un truc, et j’ai dit à Médine : « c’est celle-là ». En 2000, on avait gagné le Printemps de Bourges, et suite à ça on a fait beaucoup de concerts, à Brest, à Cherbourg, Mulhouse… Ça nous a pris plusieurs mois pour faire cet album. P : Mes aspirations premières vont être des ambiances lourdes, des choses mélancoliques, parce que j’aime bien être triste dès fois… entendre la pluie qui tombe, j’sais pas, j’aime bien. Je l’avais presque pensé avant de le produire. Mais il faut toujours surveiller. Je me sens bien épanoui dans mon rôle de musicien. Proof fait de tout ; c’est Médine qui fait du Médine. Si un mec d’un studio m’avait vu en train de faire ça, il se serait dit « les mecs sont déterminés » [rire]. Quand Médine joue sur scène « Lecture aléatoire » et qu’on balance l’instru de « Demain, c’est loin », elle me met le sourire, je me dis que j’aurais bien aimé le produire. A : Je crois savoir que vous travaillez aussi sur un projet de Brav’, dont « Brav’heart » est le premier extrait. P : Médine a toujours été là, mais il était dans un esprit de groupe. DeShaun Dupree Holton (2 octombrie 1973 - 11 aprilie 2006), cunoscut mai mult după numele de scenă "Proof", a fost un rapper și songwriter american din Detroit, Michigan.De-a lungul carierei sale a făcut parte din trupele Goon Squad, 5 Elementz, Promatic și, cel mai notabil, din D12. Soprano – « Mélancolique anonyme » - Puisqu’il faut vivre, 2007. P : Ça s’est fait presque naturellement pour Salsa. Je me souviens qu’on a enregistré ce morceau le jour de l’éclipse totale [11 août 1999, ndlr], c’est le genre de date qui marque ! Established in Ibiza, the spiritual home of house music, the label is the creation of Danny O, an artist of many y. England. 54 Tracks. On faisait souvent des tournois inter-quartiers. Pour la petite histoire, sur cet album j’utilisais des plug-ins sur Pro-Tools où on avait dix jours d’essai. Il faut que la musique s’exprime d’elle-même. Ça donne une autre image de Médine en même temps. P : Exactement. Il refait allégeance, comme un chevalier : « J’suis ton vassal, Alassane ». On était tous très branchés sport en étant jeunes. Technicien en laboratoire de biologie marine. P : C’était le noyau. Pour eux, ce n’était qu’un effet de mode, quelque chose qui allait mourir. Ce qui m’intéresserait c’est de faire des musiques de films, des choses un peu dingues. Y compris de rap français : Rico, Moda et Dan… Il ramenait beaucoup de cassettes à la maison. Et le jour où tu signes en maison de disques, où les mecs ont des carnets d’adresse énormes, tu tentes : « j’ai envie de faire jouer des violons, faudrait que j’ai un bassiste ». Le Havre, Haute-Normandie, France. Dès qu’il l’a entendu, il nous a dit : « ça me correspond parfaitement ». Un pote à mon grand frère, qui travaillait à Total en programmation informatique, a réussi à tout nous ressortir. ». C’était totalement différent de l’époque d’Arabian Panther par exemple, où on avait quelques pressions, on ne voulait pas déplaire et que les gens ne soient pas satisfaits du projet. Proof : C’était enrichissant. Salsa n’a qu’un an de plus que son frère Samba et que moi, mais il avait déjà une certaine maturité, du fait que ce soit l’aîné de sa famille. Il confirme souvent certains choix, même si on est parfois en désaccord. Quand je l’ai reçu, je me suis dit qu’on allait la retravailler. ccm-cjc.gc.ca. P : T’es déjà venu au Havre ? J'ai les mêmes potes depuis le CP : This instruction will have to be modified where the accused has a legal burden of proof, such as for mental disorder or non-insane automatism. Je lui disais : « mais ça ne tourne pas ça ! Je voulais atteindre cette largueur, ce punch. » - Mais qu’est ce que tu veux petit ? Pour « Kounta Kinté » [sur l’album Arabian Panther, ndlr], il aurait fallu mettre une caméra en studio, on en rigolerait encore. Quand ils le jouent sur scène, idem. C’était la famille qui rappait : Tiers Monde, Brav’, Salsa, Koto, Enarce… On était tout le temps ensemble. Je me suis dit : « ce con a réussi à faire ce qu’il voulait ». On a essayé de tuer nos rêves, mais on a continué de rêver. Voir plus de contenu de Dinrecords sur Facebook. Commentaire * Champs … P : On s’en foutait, c’était Samba, son délire. Au même moment, on s’est pris la vague rap, les gars qui écoutaient Kriss Kross dans les postes, les futals à l’envers… D’ailleurs, pour l’anecdote, Médine et Brav’ étaient en primaire à cette époque, ils avaient foutu leurs frocs à l’envers et s’étaient faits renvoyer [sourire]. On a voulu faire un album qui plaisait à chaque membre du groupe, où chaque rappeur pouvait s’identifier. A : Table d’écoute était parti pour ne pas être un album, mais en est quand même devenu un au final, c’est ça ? Médine – « Du Panjshir à Harlem » - Jihad : le plus grand combat est contre soi-même, 2005. J’ai regardé comment il travaillait, ça m’a permis d’apprendre pas mal de choses. A : Sur cet album on sent que tu maîtrises mieux tes ambiances. D’ailleurs, au tout début, je croyais que ça se disait « son-pleure », le son qui pleure, à cause des boucles mélancoliques qu’on entendait à l’époque. Achetez les vinyles, CDs de La Boussole, et plus encore sur la Marketplace Discogs. B : Il faut venir pour comprendre. C’était un rythme dingue, je me fixais une demie-heure par mec avec qui je travaillais. Ladea : «Alpha Leonis», le rugissement d’une lionne – ototune, [INTERVIEW] Ladéa : «Je me suis recroquevillée sur moi-même», Entretien avec Médine – De l’art d’être utile. Arrivé un moment, quand tu t’occupes de certaines choses, de traiter avec des administrations, des mairies, des banques, la réflexion qu’il s’est faite est que ça ne faisait pas crédible d’aller les voir en tant que « rappeur ». On a grandi à côté de la mer, on n’avait pas ce stress parisien. Pareil pour La Fouine, son côté un peu fou [il imite la mélodie du synthé qui se hache, comme dans le morceau, ndlr]. Parce que le thème que Médine avait ramené, sa façon d’écrire, il fallait que je ramène un son qui colle exactement. Aujourd’hui c’est différent : quand je produis, je sais quel mix je vais faire pour le morceau. Des quartiers avec des tours géantes, avec un temps anglais, ça donnait quelque chose de très mélancolique. Tu connais le sketch d’Élie Semoun, « Rodriguez! Quand je me suis un peu penché sur les compositeurs, j’ai trouvé ça incroyable qu’un mec comme Elfman te fasse les musiques de Sleepy Hollow ou Beetlejuice, et de l’autre côté celle des Simpsons ! Du coup, avec Bouchées Doubles et les autres, on ne se prenait pas la tête, on faisait tout spontanément. Médine explique tout dans ce morceau, ce questionnement, ce doute sur son retour, sa responsabilité. On ne se posait pas questions. ». A : Tu es du genre à superviser quand même le mix de tes prods quand ce n’est pas toi qui le fait ? P : C’est ça, il donne son avis sur tous les morceaux. Danny Elfman aussi. A : Pour le détail : pourquoi avoir placé « A Change Is Gonna Come » de Sam Cooke à la fin du morceau ? J’avais installé un studio chez moi, à l’époque où on répétait pas mal. Logiquement, tu ne rêves pas. Médine était alors en pleine écriture, et on lui a dit de la prendre, parce que Salsa et moi étions en train d’arrêter de rapper. Pour la petite histoire, la prod de « Lecture aléatoire », c’était à la base une prod pour Ness & Cité, que Salsa et moi avions kiffé. Je fait tout dans leur studio et on discute de la direction ensemble. et d’écriture : ça m’a donné une façon de travailler… un peu chinoise. Quand on écoutait des musiques de films, lui en sortait des boucles improbables. Médine s’était penché, j’ai entendu le bruit, et je lui ai dit : « il faut qu’on l’enregistre ». Parfois je dis aux rappeurs : « barrez-vous de mon son, laissez-le tourner ! Expliquer pourquoi, j’en serai incapable. A : Cette influence du style de Shady Records s’était faite beaucoup ressentir sur le morceau « Wanted » de Samb, en 2005. Any citizen of India, above 18 years of age, can get an voter ID card issued by the Election Commission of India. 4 Most of the warming occurred in the past 40 years, with the six warmest years on record taking place since 2014. . Tu n’as jamais eu peur qu’on t’accuse de copie ? You'll also be the first to know when they release new music and merch. Salsa, Proof de “Ness & Cité” », en hommage au Havre, que vous n’aviez jamais avant. On l’a poussé à écrire des histoires, ce genre de trucs-là. Bouchées Doubles – « Fier » (avec Éric Legrand) - Apartheid, 2006. P : La masse de travail était dingue. Nos plus grands souvenirs sont liés à une note de musique. Technicien de laboratoire Cellule de Suivi du Littoral Normand . On a pris pas mal de temps pour faire ce projet, car on a enchaîné les concerts. Ce qui marque le plus, ce sont les ambiances : quand tu penses au Panjshir, tu penses Afghanistan, Moyen-Orient, Asie. J’ai toute la session Pro-Tools, il m’a sorti une panoplie de voix [il l’imite, jouant avec les aiguës et les graves de la voix], on avait l’impression que le mec avait un truc analogique. Je lui ai dit que j’allais arranger au fur et à mesure que les mecs enregistraient. A : Comme sur d’autres albums communs de votre collectif, il y a vraiment deux producteurs, toi et Samb. On le connait depuis des années, comme il est de Rouen. Pour la petite histoire un peu marrante, ces bruits viennent d’une chaise en cuir d’Ikéa qui grinçaient [sourire]. The Proof Roosevelt Dimes accordingly carried the “S” mint mark. Il m’a recontacté d’ailleurs pour qu’on travaille de nouveau ensemble. Il fallait essayer plusieurs choses, et je crois que je l’ai faite du premier coup, cette prod. Si tu prends la route, tu vas passer Tancarville, tu vas tourner la tête sur ta gauche et voir la zone industrielle du Havre qui doit faire une trentaine de kilomètres. On s’est dit : « faisons-nous plaisir, invitons sa voix française ! On va essayer de se faire plaisir pour le nouvel album, de l’amener dans des endroits où il n’a pas l’habitude d’aller. Proof Recordings is an insignia of mediterranean cultivation and British seasoning. Proof est le “monsieur musique” du label Din Records. On a grandi ensemble, avec notre esprit de conquête que tu as quand tu viens de province. Ils ont une façon de produire qui est libre, ils n’ont pas de texte. Des interviews ont permis de saisir l’évolution de Médine, son artiste phare. International travelers visiting the United States can apply for or retrieve their I-94 admission number/record (which is proof of legal visitor status) as well as retrieve a limited travel history of their U.S. arrivals and departures. On n’avait pas de concurrence, pas comme à Paris où la scène est saturée. Salsa était tout le temps avec moi, il me disait « tu deviens fou ! On avait fait le pari lui et moi que cette prod était pour lui, ce dont les autres doutaient. Je m’en foutais, ça ne me faisait rien, du coup pour se venger elle me cassait mes CDs. On était très déterminés à l’époque, on commençait à faire beaucoup de concerts un peu partout et de la radio à Paris. La Boussole est un collectif de hip-hop français, originaire du Havre, en Seine-Maritime.Il compte plusieurs groupes et artistes de la scène hip-hop havraise. Parfois, il aime bien son petit parcours. On voulait faire ce qu’on sait faire, des morceaux avec lesquels les gens nous ont connu, pas des singles. A l’époque, c’était tellement tendu, je disais à mon frère Brav’ « ne dit pas ce que tu fais, laisse moi prendre » [sourire]. Je sais qu’il marche dans les pas de Proof mais qu’il a son style. Médine a dû me dire : « on peut rapper sa vie dessus ». Et quand on était gamin, qui mieux que Végéta incarnait la fierté ? Que le producteur ne soit pas juste un accompagnement du rappeur. Pendant longtemps, les gens ont pensé que Din Records était sectaire, mais pas du tout : c’est surtout qu’on est une famille. Mon grand frère aussi : il écoutait aussi bien du Dire Straits que les premiers trucs de rap. JB et JB, le 14 Juil. », mais c’est trop tard, Salsa m’a convaincu. Livraison gratuite (voir cond.). Disiz – « Odyssée » - Disiz The End, 2009. A : Sans pression, mais tu soignes davantage ton son. Je n’écoutais plus que du rap, je rejetais tout ce qui était dance, pop, tout ça. La Boussole est un collectif de hip-hop français, originaire du Havre, en Seine-Maritime.Il compte plusieurs groupes et artistes de la scène hip-hop havraise. Ce n’est pas quelqu’un qui voulait sortir un CD tout de suite, il savait que son tour viendrait. J’aime cette implication, « qu’est-ce que tu en penses ? Souvent les gens me disent : « c’est marrant comment tu t’exprimes par le son », et c’est ça que j’aime dans les musique de film. Il y avait pas mal de vinyles à la maison, des vieux 45 tours, et quand mes parents étaient au travail, j’allais sur les vinyles et puis… [il imite des sons de scratchs]. Ce qui fait qu’on a été très complémentaire. - Automatic pause of the recording in case you receive a call. C’était deux façons de voir différentes. Sole proprietorship . Find Proof discography, albums and singles on AllMusic. Université du Havre Licence Chimie. On traîne un peu ensemble et on se […], […] les moyens en 1998? Souvent, avant de monter sur scène, je le balance aux gars. P : Samb a une façon de voir le son d’une manière que parfois je ne comprenais pas. », de Ness & Cité. J’étais presque habité, dans le personnage du morceau de Médine. Avec Médine, mon frère et les autres, on avait acheté une petite boite à rythmes, parce qu’on s’était dit qu’il fallait qu’on fasse nos propres sons. P : C’est toute notre histoire, à tous. Comme pour « Biopic », mais Médine m’a suivi, donc je n’ai pas eu besoin de poser mon veto [sourire]. With music streaming on Deezer you can discover more than 56 million tracks, create your own playlists, and share your favourite tracks with your friends. Médine, par lui-même en écoutant l’instru, est tombé sur l’idée du thème. proof-din-records_hero. Surtout qu’arrivés au collège, on était tous ensemble, dans le même établissement. Stream Tracks and Playlists from Proof … Les morceaux qu’il n’a vraiment pas compris, c’est Fred Landu qui les a fait [Frédérick N’Landu, ingénieur du son français qui a travaillé avec Kery James, Youssoupha ou Selah Sue, ndlr]. A : Quels sont tes premiers souvenirs liés à la musique ? J’ai été beaucoup déçu par ce truc-là. Mais généralement, il y a cette concertation entre Salsa, moi et Bouchées Doubles pour un album de Bouchées Doubles. A : Le fait que tu te sois vu en compositeur de musique de films à ces moments-là n’est pas anodin, puisque que tu as pas mal samplé dans des bandes originales. Avertissement : ce formulaire peut être utilisé uniquement si JavaScript est activé dans votre navigateur. ». Originaire du Havre, lui aussi, il est le frère du rappeur Brav' (Bouchées Doubles), également membre du label indépendant Din Records est une belle famille et moi je suis une amie de la famille. Au fur et à mesure des sorties, ils ont pris ça au sérieux. Commentaire * Champs obligatoire. Un jazzman qui connaissait bien Salsa lui avait dit « pourquoi vous ne demandez pas une subvention pour sortir une cassette ? proof-din-records_hero. Je commençais à faire ce que je voulais, je n’allais plus à l’école, ma mère me frappait à coups de balai pour que je sorte du lit. Le premier truc que j’ai fait dessus, j’avais samplé une boucle de batterie de Cypress Hill sur lequel j’avais posé une boucle et où j’essayais de jouer une basse. Et un jour il m’envoie une prod avec des binious ou des cornemuses, un côté celte, Braveheart. Je crois que l’enceinte est encore là, avec les gravures de leurs stylos. Médine était quasiment mon voisin, il habitait à deux pas de chez moi. « Alger Pleure » c’est ça : un morceau sur la guerre en Algérie, qui parle aussi du conflit intérieur de Médine, puisqu’il est franco-algérien. Pareil dans « Petit Cheval » [sur l’album Jihad, ndlr], quand on entend un arc se bander : j’avais un cuir Redskins, dont j’ai tordu la manche. Alors qu’avant, pas du tout. Il m’a un peu contaminé. On Tuesday, he maintained that there was no reason for concern, citing as proof his record of endurance -- he has averaged 154 games per season over the past five years. Je tapais « O.S.T. P : [Il réfléchit] IAM, j’aimais beaucoup leur façon de travailler. Viens, on fait du rap !« , « Ok !« . A : Il y a un morceau que tu retiens particulièrement de cet album ? Din Records : Vous souhaitez réagir à ce message ? Quand tu entends comment sonne l’album L’École du micro d’argent… Je me souviens du reportage qu’avait fait Canal+ sur la conception de l’album, on voyait Imhotep en train de faire des sons sur MPC 3000, SP-12… C’est pas tellement une influence, mais plutôt une façon de travailler et un son bien particulier. Donc au fur et à mesure, on a commencé à acheter du matériel. A la fin, je les connais par cœur [ils pointent son doigt vers Brav’ et Tiers Monde, à quelques mètres de nous, ndlr], j’en ai marre de les voir. traduction proofs dans le dictionnaire Anglais - Francais de Reverso, voir aussi 'proof copy',living proof',child proof',galley proof', conjugaison, expressions idiomatiques Avec le nombre d’albums qu’on a fait, j’ai confiance en ce qu’on peut faire ensemble. Mais j’ai aussi envie d’explorer d’autres choses, pour dire : « ça, je sais le faire ». Quand mon père rentrait le soir, il hurlait : « qui défonce les diamants ? BRAV - Listen to BRAV on Deezer. C’était ce clin d’œil, on est de la north west coast [sourire]. Avec cet argent, on a pu se payer des séances dans un studio pro où on a enregistré notre premier maxi avec Salsa. Le groupe possède son propre label, Din Records, depuis 2002 produisant les albums des différents artistes. C’est eux qui m’ont donné envie de travailler les sons avec un vrai grain. A : Dans un registre différent, sur la digitape de Tiers Monde, tu essaies de nouvelles choses. On avait abusé, parce qu’à chaque idée qu’on lui suggérait, il rebondissait tout de suite. Et ce jour-là il m’a dit : « Moi, je veux un son comme celui-là », « ok, on y va ». » Ce jour-là, j’avais pas la force. P : Exactement. 37 Tracks. P : Ouais, du temps des premiers albums ! P : J’essaie de me coller à eux. C’est vraiment une ville où on s’est construit, où on s’est dit « on peut y croire« . Surtout que d’autres mecs le faisaient très bien pour nous, Bouchées Doubles, Médine et les autres. C’était sorti sur une cassette. En général avant la conception des albums, on se concerte. On avait une grande part de doutes. Ness & Cité avait un son plus sombre d’habitude, alors que « Le meilleur de nous-mêmes » était très musical, un peu plus acoustique, plus proche des morceaux de Talib Kweli. Je vivais encore chez mes parents. Je défonçais les diamants [sourire]. C’est un travail de fou. P : C’est un « Médine présente », pour mettre en lumière les mecs qui étaient sur la tournée avec lui, qui sont toujours derrière. J’y jouais jour et nuit, j’avais même accroché un panneau à un lampadaire [sourire]. Au moment où on est rentré en 6ème par exemple, lui était en 6ème A, celle qui était bilingue. Et j’avais dit à Salsa : « celle-là, il va la prendre », il me dit « non, elle est nulle ». Amazon.fr : Achetez Proof by Various au meilleur prix. Tous les quatre mois on avait un album avec lui, c’était impressionnant ! » – CRAC ! Proof est le “monsieur musique” du label Din Records. Mais Sopra, honnêtement, c’est un ami. proof) and file them with his return. Ça permet aussi d’avoir un peu de recul. […] J’ai tout fait dans leur studio et on a discuté de la direction à prendre ensemble. Quel regard tu portes sur son travail ? En le mixant, j’étais mal à l’aise. P : Je commence à beaucoup plus triturer mon matériel, c’est vrai. Ça, c’est une commande sur mesure, elle voulait que je m’exprime avec mon son, elle ne me voyait pas comme une boîte à musique mais un humain qui s’exprime avec ses machines et sa musique. Surtout, on était loin de Paris, il y avait encore ce côté campagne, toujours un peu à la bourre, ce qui fait qu’on a grandi à l’abri de certaines choses. Le plus petit fait des prods sous le nom de Général, il vit avec notre mère, en Bretagne. Ça a commencé par le foot, comme je te disais, je jouais avec Samba, qui était gardien. Il avait même samplé un son de Luigi’s Mansion ! Il y a eu Mino, Sefyu avec Médine, mais pas beaucoup plus. Médine avait déjà ce rendement important, c’est quelqu’un de militaire. Quand tu es indépendant, tu ne te dis pas « tiens, je vais ramener un orchestre symphonique ! On n’entend pas ma voix ! P : Exactement, c’était autre chose. A : Médine était quelqu’un d’assez effacé avant ce projet solo, et pourtant il s’est tout de suite affirmé avec cet album. Proof.de - digital colour proofing, worldwide shipping - fast! ou Ça m’arrive d’en faire souvent. ». Enfin, le candidat doit fournir les factures ou autres [...] pièces justificatives de [...] même que les preuves de paiement (chèque, reçu ou autres preuves) et les joindre [...] à son rapport. C’était vraiment une ville communiste : beaucoup pour la culture, mais pratiquement rien pour l’aspect de la ville, qui était sombre. Commenter; Partager. Page Transparency See More. Deux mecs que j’aimerais faire, c’est Booba et Rohff, pour ce qu’ils ont apporté, parce qu’il y a toujours le sens de la punchline. P : Vrai. B : On est peut-être conscients de notre caste [sourire]. Donc « Biopic », c’est la suite d' »Arabospiritual », on voulait commencer l’album par un générique de fin. Je me souviens que j’avais acheté des enceintes de voiture que j’avais installé sur un squelette de vraies enceintes [rire]. On était même allé jusqu’à Marseille pour coller les affiches de ce premier maxi. Le groupe possède son propre label, Din Records, depuis 2002 produisant les albums des différents artistes. Worth a few hundred dollars total. C’est absolument introuvable, tu le retrouves dans les affaires chez ma mère [sourire]. Quand j’ai fait « Biopic », j’imaginais la fin d' »Arabospiritual », cette sortie de scène avec les violons. Découvrez toutes les promotions CD & Vinyles, les nouveautés ainsi que les titres en précommande. A : Médine rend hommage sur ce morceau aux artistes français qui l’ont influencé. Médine – « Téléphone Arabe » - Table d’écoute 2, 2011. Les mecs de la MJC dans laquelle on allait répéter nous disait tout le temps « Ça marchera jamais, ça… ». Together, our findings constitute proof-of-concept that combining simultaneous EMG recording and CEM imaging may be a safe approach for observing the form and function of NMJs in situ. Médine – « Arabospiritual » - Arabian Panther, 2008. Sur « Sol Pleureur », il y avait de la composition complète par exemple, je commençais beaucoup plus à maîtriser mes machines de guerre. » ? Du coup, aujourd’hui, on fait souvent appel à Fred Landu. août 2010 – mars 2016 5 ans 8 mois. Sur le prochain album de Médine, il y a des choristes, des joueurs de mandole chaâbi… En fait, c’est des albums qu’on souhaitait réaliser depuis longtemps, mais on n’avait jamais osé réaliser nos rêves. 2014. Formation. Mais tout de suite on s’est dit qu’il fallait qu’on fasse quelque chose de différent avec lui, ne pas en faire un rappeur qui rentre dans le game avec un format habituel. Dans quelques heures, Médine va se produire sur la scène du Hangar d’Ivry-sur-Seine dans le cadre du festival Paris Hip-Hop. After all, the proof is in the pudding—or the best way to determine the value of something is to experience it firsthand. The DiN ambient label was set up by Ian Boddy in 1999 to release ambient electronica that bridged the gap between the analogue sound of the early 70's synth pioneers and the digital soundscapes of the more experimental modern exponents of electronic music. A peine on avait terminé l’album de La Boussole que Médine avait fini un nouvel album. Comme il avait toujours de l’avance sur nous, Salsa avait déjà ses contacts, il travaillait avec des musiciens, il connaissait pas mal de choses. A ce moment, on s’est dit qu’on devait acheter du matériel pour se faire notre propre studio. Salsa n’était pas convaincu au départ, il la trouvait trop simpliste. P : C’est un peu tout à la fois. Commenter; Partager. Mais à la sortie du premier projet, ils avaient une certaine fierté. Aujourd’hui encore j’en suis fier. Historique du label Din Records », sur din-records.com ↑ « Din Records présente sa nouvelle recrue : Alivor », sur booska-p.com, 17 octobre 2013 (consulté le 27 février 2016) ↑ « Oumar, nouvelle signature du label Din Records », sur booska-p.com, 16 juin 2015 (consulté le 27 février 2016) ↑ « Les acteurs du label Din Records », sur din-records.com On s’est retrouvé à avoir presque un projet complet. P : Pour re-situer, Brav’, c’est mon frère ; Samba, celui de Salsa ; Tiers Monde, c’est comme un cousin de Salsa et Samba, ils sont de familles très proches. On a dû envoyé les disques durs à Paris, ça nous a coûté je ne sais plus combien…. C’est comme poser une première pierre solide. Dès que je suis tombé sur cette boucle, je ne me suis pas posé de question, je l’ai prise tout de suite. P : Havre de guerre était la suite de Ghetto Moudjahidin, le premier album de Ness & Cité.